vendredi 17 février 2017

Des nouvelles du studio

Eh oui car j'ai déménagé ! (Il y a presque deux ans). Avant, le studio, ça a été ça :


Puis ça :


Maintenant c'est ça :


Pas trop de différence dans l'ergonomie (ou l'absence d'ergonomie) mais beaucoup plus de bordel. C'est sans compter sur ce qu'on ne voit pas mais que je vous montre quand même car chez Sandchaser on n'a rien à cacher ! Il y a les pitous en cours de peinture posés sur un disque tournant acheté à vil prix dans une enseigne suédo-débile, la collection de boîtes de transport/rangement que je ne peux caser ailleurs car mes placards débordent de boîtes de transport/rangement pleines de figurines peintes et la desserte mobile que j'ai achetée pour transporter mon bazar à Orléans Wargames.




Bref, il est temps de rationaliser un peu tout ça et de se doter de mobilier adéquat. Comme je n'ai pas envie de dépenser des sous durement gagnés dans des meubles de merde, je préfère bidouiller des meubles de merde avec de la recup'. Au moins, si ça pète, je saurais à qui me plaindre. J'ai eu l'idée, en attendant de concevoir un vrai établi avec étagères et tiroirs de "pimper" celui-ci qui m'a été fidèle de nombreuses années. Voici ce que ça donne sous SketchUp :


Je crois à fond dans la résistance de mes tréteaux ! De toutes les manières, si ça pète, ça ne fera pas grand mal. Les volumes qui se trouvent posés sur la planche intermédiaire sont les valises que l'on voit dans une photo plus haut. Tout tient ! Des taquets posés sur le pourtour empêchent les boîtes de basculer sur mes pieds ou contre le mur. Notez que j'ai pensé à me faire de la place pour les jambes. Et j'ai encore de la place pour une petite boîte !

C'est une solution temporaire en attendant de fabriquer des caissons de support dignes de ce nom. Le bon plan c'est que toutes les pièces en bois que j'ajouterai pourront resservir. De toutes façons, des chutes de contreplaqué ça sert toujours. La solution plus ou moins définitive que j'ai en tête est un établi pour deux personnes en vis-à-vis qui soit mobile. Il faut aussi penser à un éclairage commun. Voici ce que ça peut donner sous SketchUp avec des caissons de rangement/support :


L'idée est de visser des roulettes pivotantes sous les caissons et d'ajouter des freins de porte à pédale sur les côté pour immobiliser le meuble quand il est en service. Pour l'éclairage, je réfléchis encore à une solution.



jeudi 9 février 2017

Viking Saga Newland

Vous vous souvenez de mes Vikings pour SAGA achetés à vil prix ? C'était en 2012 à Vaires. Depuis SAGA est devenu un jeu quasiment mort, Ludibazar Meissonnier qui m'avait vendu les boîtes a fermé, Wargames Factory a fermé. Mais malgré tout mes Vikings sont en cours de peinture. 


C'est long, c'est laborieux parce que je profite des rares fois où je vais voir mes petits camarades d'Orléans Wargames pour m'y mettre. Faudrait que j'arrive à peindre chez moi plus régulièrement en fait !


La question à deux balles, maintenant, c'est qu'en faire ? J'avais pensé à me monter un kit d'initiation à SAGA ou à Lion Rampant et donc acheter l'équivalent en Saxons ou Anglo-Danois. Mais le problème c'est que Wargames Factory n'existant plus vraiment, leurs kits qui étaient un temps disponibles chez Warlord Games ne le sont plus. Je pourrais évidemment acheter un starter set de Saxons ou d'Anglo-Danois chez Gripping Beast et c'est certainement ce que je ferais. Mais j'ai eu une idée encore plus débile.


Bricoler des bases rectangulaires format DBA 3 en 25/28mm pour y insérer les socles ronds de mes figurines et ainsi avoir des figurines utilisables pour plein de jeux différents : DBA V3, Hail Caesar, Impetus, SAGA et Lion Rampant.

Je vais déjà tâcher de les peindre et de tester mon idée de socle universel avant de m'enflammer. Mais ça me plaît beaucoup comme idée.

lundi 6 février 2017

De la survie... (Ravenguard Army Journal 15)

J'avais dit que c'était la fin. J'avais dit que ce blog ne servait plus à rien. J'avais aussi dit que j'étais passé à autre chose. Bon, ben, comme d'habitude, j'ai dit des conneries. 

Ne vous méprenez pas. Ce blog reste un journal de bord dont je suis et demeure le principal utilisateur et destinataire. Si vous me lisez, tant mieux pour vous mais vous avez certainement mieux à faire (peindre des pitous par exemple). A ce sujet, il y a eu un incompréhensible pic de visites le 29 janvier à 1502 vues. Certainement d'anciens lecteurs qui sont venus vérifier si j'étais encore vivant. Ou des bots.

Oui, j'ai peint un pitou ! 

Le virus m'a repris. Hier, j'ai peint mon archiviste converti à partir du sergent de Black Reach. La figurine étant prête depuis 3 ans, on ne peut que rester stupéfait par le stoïcisme de ces Marsouins de l'Espâaaaace. En quatre grosses heures, le boulot était plié, niveau tabletop. J'ai employé les techniques de colorieur qui ont fait mon absence de succès dans les cercles figurinistiques les plus select : aplats dégueulasses, brossages moisis, lavis au Kärcher et dégradés inexistants.



Et pour la suite ?

Faut battre le fer pendant qu'il est chaud et j'ai quelques figurines qui s'entassent. Plutôt que de publier de longs articles de mise à jour (ça, c'est bien quand on a un public), je vais en écrire plusieurs et mieux les catégoriser pour pouvoir les retrouver après. Cette brillante idée m'est venue hier alors que je tentais fort méritoirement de me rappeler comment je peignais mes socles de Marounes. Je me souvenais que je l'avais écrit mais je ne me rappelais plus où ni quand. Eh bien, je l'ai retrouvé ce fameux tuto qui a fait de moi l'expert en socles moisis ! Il est là : Back to Basing.

Et puis pour vraiment conjurer le mauvais sort, je vais m'annoncer à moi-même ce qu'il faudra(it) faire en premier.
  • Peins tes Vikings
  • Peins ton 'Pitaine (enfin, finis le)
  • Peins ton Dakkanought
  • Peins tes Chars
  • Peins tes Parthes 15mm

Ca, c'est pour les travaux à terminer.

Pour ce qui est des choses à commencer, la priorité c'est la préparation et la sous-couche de deux starters Briskars.

Et, sinon, des envies ?

M'acheter des Allemands 15mm pour aller avec mes 'Ricains 15mm et jouer à Bolt Action avec des gens. Faire la même chose avec mes Vikings et leur opposer des Saxons. Resocler toutes mes figs Conf' en rond pour les jouer à SoBaH ou à Frostgrave. Jouer à 40kouilles sans me prendre la tête pour des parties de 1h maxi.

lundi 6 juin 2016

Clap de fin

Après quasiment 8 ans de bons et loyaux services, Sandchaser va s'arrêter définitivement. Le rythme des mises à jour s'étant distendu pour finir par stopper complètement, il était temps de prendre une décision. Avec l'accord de mon co-auteur Greg, nous avons donc choisi de conserver tous les articles en ligne ainsi que leurs commentaires. Cependant, les commentaires vont être fermés.

Qu'est-ce qui a motivé cette décision ?

Pour ma part, il s'agit du fait que maintenir un blog me prenait trop de temps et, surtout, ne m'amusait plus. J'avais initialement ouvert cet espace pour me servir de journal et de carnet de bord pour pallier ma mémoire déficiente, raison qui reste d'actualité et qui justifie que je ne ferme pas complètement ce blog.

D'autres raisons plus personnelles que je ne détaillerai pas ici ont fait que j'ai moins de temps à consacrer régulièrement aux figurines. Quant à mes loisirs de remplacement, le jeu de société principalement, d'autres en parlent beaucoup mieux que moi.

Sur quels autres médias interviendras-tu ?

J'ai également trouvé une nouvelle orientation pour ma pratique du jeu de figurines. J'ai re-découvert De Bellis Antiquitatis et je ne doute pas qu'un jour je rejouerai à Saga et à Bolt Action. Quand j'aurais peint mes figurines. Comme il existe déjà un blog dédié à DBA, administré par un pote et sur lequel je contribue, je n'avais tout simplement plus de contenu à poser ici même.

Une dernière raison est que l'association dont je suis un administrateur, Orléans Wargames, possède désormais son propre site en plus de son forum. Je publie également du contenu sur ce site. Si, on ajoute à ça des publications pour le Blogurizine, ce ne laisse plus beaucoup d'énergie et de temps pour produire du contenu de qualité pour un blog perso.

Greg et moi nous vous remercions d'être venus lire nos bêtises ici. D'avoir posté des commentaires qui relevaient souvent le niveau. De nous avoir faits rire. On ne s'excusera pas d'avoir été cyniques, grossiers et râleurs. Non. Si on vous manque tant que ça, on est sur Facebook et ce que l'on a écrit restera ici aussi longtemps que Blogger voudra bien les conserver.

mercredi 6 janvier 2016

Le Blogurizine est là !!

Je manque totalement d'objectivité mais la sortie du Blogurizine 22 est la meilleure nouvelle de ce début janvier.

http://blogurizine.canalblog.com/archives/2016/01/05/33167310.html

Vous y trouverez des articles des auteurs de ce blog entre autres.

Bonne lecture !

vendredi 16 octobre 2015

Apologie de la démesure

Je me suis récemment retrouvé dans trois situations ou mes interlocuteurs m’ont opposé la démesure, le “trop”, comme une raison à la négativité et au refus.

J’étais en train de parler d’un événement qui arrive bientôt, l’Iron Week organisé par VictoriaGame, une convention exceptionnelle parce qu’elle est la première intégralement consacrée aux Royaumes d’Acier en France mais aussi parce qu’elle dure… 6 jours ! Certaines personnes en sont même venues à dire, non par méchanceté mais par réelle incrédulité, que “c’était trop”.

La deuxième fois que j’ai eu affaire au “trop” est quand j’ai fini mon armée Cygnar. En effet, Exactement 2 ans après l’avoir commencé, j’ai peint tout ce que j’avais en Cygnar et même une belle partie de mes mercenaires.
Oui, j'en suis très très fier.

En l’occurrence, c’est moi qui me suis demandé si je n’en avais pas trop. Surtout quand je vois que j’ai autant de Legion d’Everblight, de Crocos et de Mercenaires pirates à faire. Après, tout, l’on ne joue qu’en 50 points et 2 listes à la fois…

Enfin, la troisième occasion que j’ai eu d’être confronté à la démesure est dans la sortie récente de jeux de plateaux qui prônent l’intérêt de durées de jeu colossales ou de matériel pléthorique, ainsi que le retour dans mon feed de nouvelles de gens qui ont acquis des vieux jeux, de l’époque ou jouer 8 heures n’était pas une source de problème ou d’hésitation.

Cela m’a fait me poser une question simple, que je ne me posais plus : Peut-on s’amuser dans la démesure ?

Cela fait des années que le milieu du jeu rabâche une chose, issue de la réalité : les gens ont moins de temps pour jouer. Et veulent quelque chose de rapide et de facile à jouer. C’est d’autant plus vrai que les gens ont aussi moins de place pour jouer. Les associations ont de plus en plus de mal à avoir accès à des salles, les appartements deviennent plus petits car plus chers, les familles ont deux parents qui travaillent plus (malgré une réduction du temps de travail)… De fausses excuses. 

Ce qui se passe c’est un phénomène qui touche tous les aspects du divertissement moderne : Certaines personnes zappent et n’ont pas de désir de concentration au delà du court terme. Il leur faut un produit calibré, rapide, avec du temps de cerveau disponible, avec des mécanismes simples, qui leur donnent l’impression de réfléchir sans se faire mal et leur donne la liberté d’arrêter à tout moment sans sentiments d’abandon ni d’échec.

Cela va même au delà, avec l’avènement de la “mobilité”, les gens veulent tout, tout de suite. Récemment Tric Trac a dû justifier le manque de couverture du Salon d’Essen lors du salon et dans les 3 jours qui ont suivi la fermeture de celui-ci, parce qu’ils voulaient prendre le temps de digérer les 800 (!!) produits qui y avaient été montrés. Si je comprends que BGG ou d’autres sites veuillent marquer leur territoire d’immédiateté de l’information, il n’empêche que d’autres sites, comme Tric Trac, essaient d’avoir une démarche plus sereine, plus cool, plus détendue mais aussi plus fouillée, plus complète, plus “intégrale”. Et cela ne plaît pas forcément à la masse grouillante qui veut juste pouvoir se faire une opinion en 3 minutes et oublier aussitôt pour passer à une autre opinion.

Pourtant, de façon cyclique, l’on trouve une niche dans la niche, une bande d’irréductibles Gaulois qui ont la volonté, la possibilité et la capacité de jouer différemment, à des jeux complexes, longs, chers et qui demandent de la part du joueur de transpirer. Des joueurs qui prennent du temps (beaucoup), de l’argent (énormément) et de l’espace (jamais trop mais toujours à la limite) pour faire des parties endiablées de jeux roboratifs.

Je joue énormément en tournoi. Le jeu est calibré : limite de point, horloge d’échec. C’est un vrai plaisir parce que le jeu est rigoureux et le format de tournoi exigent. Mais chez certains joueurs, cela crée parfois des tensions. ils ne veulent pas de cette pression, ni de ces limitations. Le jeu en campagne est nettement plus intéressant pour eux. Ils peuvent jouer ce qu’ils veulent, comme ils veulent, au format désiré et prendre le temps qu’ils ont envie de prendre.

Les formats de jeu Apocalypse ou Unbound de 40k ou Warmachine rencontrent toujours un certain succès, de niche, mais réel auprès de gens qui se disent que quitte à passer une journée à sortir tout le matériel, autant que cela vaille la peine. Diantre, je me souviens quand je découvrais la v2 de 40k, mon collocataire et moi-même réservions une table à feu- La Crypte du Jeu à Nice pour la journée et nous jouions 8000 points de batailles indigestes et déséquilibrée.
Je ne vois que le soleil qui poudroie et... OMG c'est énorme !!!
L’immédiateté de nos autres loisirs, TV, cinéma, Jeux vidéos nous habituent à pousser un bouton et avoir ce que l’on souhaite rapidement. Nous limitons naturellement notre temps de recherche (personne ne zappe les 4000 chaînes de sa télé pour y trouver quelque chose), les VoD et les applications de chaînes permettant de regarder ce que l’on veut quand on le veut nous rendent plus impatients.

Pourtant le loisir figuriniste n’est pas cela. L’on prend le temps de coller, de peindre ses figurines. puis de faire des décors, des objectifs, des tables complètes… Et quand le jeu offre une alternative prépeinte, c’est bien pour nous permettre de jouer plus, plus grand, plus longtemps. Quand je jouais à AT-43, je préférais jouer des grosses parties, c’était tellement facile et l’effet de masse tellement plaisant.

Finalement, dans une société où nous tendons vers le moins (de poids, de pollution, d’espace…) la figurine pourrait être le dernier bastion irréaliste du toujours plus.

Alors oui, je suis le premier à me moquer des gens qui entassent du plomb pour le principe. Parce que je suis joueur, parce que je trouve criminel de ne pas exposer ses “pitous” et les utiliser pour ce qu’ils sont. Mais j’ai toujours une profonde admiration pour les gens qui se lancent dans la peinture de tonnes de socles de fantassins en 15mm pour l’ADG ou DBA (oui, je pense à Sandchaser lui-même, ce héros au corps d'athlète buriné et huilé) et les fous qui font des tables colossales pour jouer des parties qui durent 4 jours lors d’une convention, ou pour ceux qui assument leur loisir en collectionnant de façon encyclopédique toutes les références d’un jeu.
La légion meurt mais ne se rend pas.

Pour en revenir à l’Iron Week, pourquoi les gens ont-ils l’impression de trop ? Pourquoi quand l’offre devient très généreuse, ont-ils l’impression qu’elle comporte un piège ? Dans un buffet à volonté, personne ne se demande s’ils doivent tout manger. Pourquoi cela arrive-t-il quand on parle de notre loisir ? Le geek se sentirait-il coupable de pouvoir s’amuser aussi longtemps ? Où est-ce simplement le syndrome du renard et des raisins de La Fontaine, inaccessibles mais “trop verts et bons pour des goujats” ? Je ne me pose plus la question, je me réjouis que certains viennent pour les 6 jours où que d'autres annoncent déjà prendre leurs vacances pour le prochain rendez-vous !

Tout cela pour dire que je suis en train de travailler sur une adaptation du système de Campagne Escalation de Warmachine MkI pour l’adapter à Warmachine ET Hordes MkII pour le Blogurizine et que ce n’est pas simple. Mais qu’à chaque nouvelle étape de cette adaptation qui “fonctionne”, je suis content de me dire que je peux jouer à ce que je veux, comme je le veux.

La prochaine fois, je parlerai sans doute du rose comme alternative au marron dans le hobby, ou pas.

Et vous, comment votre adoration pour la démesure s’exprime-t-elle ?



mercredi 19 août 2015

GENCON 2015 : Peu de nouveautés, mais plein de merveilles !!

Souvenez-vous, nous étions en 2014 et je faisais un bilan épuisé de ce salon. Cette année, c’est avec la ferme intention de jouer tout le weekend que je me rends à Indy pour les 4 “Best Days of Gaming” !

C’est ici, pauvre mortel, que je me rends compte une bonne fois pour toutes que le destin est plus fort que la volonté du gamer. Je vous la joue courte, je n’ai fait qu’une demi-partie de Warmachine, que j’ai perdue parce qu’à une heure du matin, ma femme endormie sur la table de l’Iron Arena m’a suppliée de la ramener à l’hôtel. Ce que je me suis empressé de faire.

En revanche, j’ai eu le temps de visiter et de discuter avec un peu tout le monde. Pour ceux qui suivent ce blog depuis 2013, relisez les articles avec un intitulé “GenCon”, il n’y avait rien de nouveau ou presque. En deux ans, les gammes se sont étoffées, les jeux se sont installés, les acteurs du marché se sont affermis ou affinés selon leur réussite. Mais pas de gros changement.

J’ai donc erré entre deux rendez-vous pros sur les stands de PP (gros, mal arrangé mais plein de tables de démos), Malifaux (gros, avec uniquement de la vente et des tables d’exposition), Mantic (un stand tout petit et difficile à trouver avec de la démo), Infinity (un bordel innommable avec des cartons partout et deux micro-vitrines sur un stand de grande taille), Paizo (un bordel sur dalles violettes et noires avec du monde partout qui parle de jeu de rôle en achetant un jeu de carte ou de plateau), Onyx Path Publishing (Je me suis fait alpaguer par un beta testeur du Nouveau WoD qui m’a ensuite présenté un des auteurs comme si j’étais un fan, j’en ai profité pour lui dire tout le “bien” que je pense de Vampire… Et tout le vrai bien que je pense de Hunter : The Vigil), Greenbrier Games, Max Pro, FFG, Plaid Hat Games etc… Bref c’est vraiment rigolo mais il y a vraiment, vraiment du monde !!!

Un vendredi midi calme... Et panoramique(270°).

Dans le hall de jeu, c’est la guerre, la vraie. Avec des gens qui jouent partout, tout le temps. Pour la première fois depuis que je vais à la GenCon, le hall était occupé à 80% toute la nuit. On sent que les gens avaient besoin de rentabiliser leurs billets et leurs hôtels (qui ne sont pas donnés en centre-ville).

Un stand sur lequel j’ai passé beaucoup de temps (avec surprise) est celui de Cool Mini or Not. Tout d’abord pour y voir des potes de France et de Navarre mais aussi pour avoir une démonstration des nouvelles boîtes de DUST TACTICS, de Paolo Parente.

Dust Tactics, c’est la marque créée il y des années par Parente et dont il a fait un jeu il y a 10 ans. La version avec des cases est nommée “Tactics", la version sans case, “Battlefield”.



Pour fêter la fin de leur partenariat (et quelle fin, digne de Dallas !!!) avec leur distributeur, Dust Studios a décidé de sortir de nouveaux Starters. Les deux premiers sont BlutKreuz (Croix de Sang) et Mercenaries.




Je fais donc une démo de la nouvelle version des règles avec le créateur du jeu, Oz, et je me fais rétamer parce que faire des bons jets avec les dés, c’est has-been. Peu importe, le rythme de la démo, la sympathie du démonstrateur et la pure beauté des figurines me font passer un super moment, tellement que le pauvre Oz, qui souffre d’une extinction de voix à cause de démos non-stop me permet même de le remplacer pour faire la démo suivante à un gamin et son père. C’est dire à quel point les règles étaient faciles à appréhender.



Bref, entre les figurines déjà peintes, le système super simple et la qualité générale du produit (le tapis de jeu est un modèle du genre) me font prendre deux starters Premium, à peine plus chers que les Primed et je n’ai pas à peindre quoique ce soit.


Du coup, j’en profite pour avoir deux exemplaires de la figurines offerte en avant première, Frank Von Stein, en version plastique dur non peint. La grappe est impeccable, la figurine reste facile à assembler et la gravure est vraiment au niveau de ce qui se fait de mieux ces derniers temps, sans perdre de temps avec des détails inutiles.



En bref, Dust est la bonne révélation du salon. Et je ne nie absolument pas que cela m’a rappelé avec bonheur AT-43, le meilleur jeu du monde forever. J’ai même un pote non-figuriniste qui a flashé sur le jeu et en a acheté des boîtes aussi.

Bref, la GenCon a été un gros moment de bonheur, et l’occasion de voir/revoir/se faire des amis. Je ne peux que recommander à mes amis gamers de libérer un budget et du temps pour faire ce salon une fois dans leur vie. Surtout que la ville d’Indianapolis est très accueillante, a de très bons restaurants, des hôtels très sympas et pas mal d’activités touristiques pour les familles.

L’an prochain, j’y retourne, 4 jours pleins. Et peut-être, peut-être, aurai-je le temps de jouer.

Dans mon prochain blog, je vous parlerai sans doute de ma dernière démo de Malifaux, le jeu qui se résout avec des cartes et qui est plutôt très bon. Ou alors de l’importance de la psychologie dans un événement compétitif.


Et vous, qu’est-ce qui vous tente en ce moment ?